lundi 5 octobre 2015


L'échelle de tortues


ll y a bien longtemps, en Amazonie, le roi des tortues, un soir de pleine lune, leva la tête. Immédiatement, il tomba fou amoureux de l’astre rayonnant. Aussitôt, il convoque toutes les tortues et leur somme de grimper les unes sur les autres. Une interminable échelle de tortues s’élève alors jusqu’aux cieux et lentement notre roi grimpe jusqu’à cet impossible amour. il l’atteindra, épuisé, et ne le quittera plus. Les tortues se figèrent dans leur humble position formant cette liane que l’on trouve souvent dans la forêt guyanaise.
C’est Jean qui vient de me raconter cette histoire.
Il est là, à mes cotés, hors champ. Nous sommes sur les restes d’un cimetière de bagnards, à quelques centaines de mètres de Saint Jean du Maroni. C’est lui , le grand maigre, le blanc du village saramaka, l’artiste foutraque, toujours souriant, quelques dents en moins, échoué là définitivement, qui a mis à jour ces vestiges, aidé par les gamins du coin.  Oh il n’ y a pas grand chose, quelques pierres et de vagues tumulus. Ils ont tout nettoyé, laissant seulement les échelles de tortues entre les arbres. Jean est fier de ces travaux. Dans un cimetière, il fallait laisser les échelles, me dit il, pour les âmes…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire